Balming Tiger

Balming Tiger

  • Début : Janvier 2018
  • Statut : en activité
  • Genres : Hip-Hop, Rap, Psychédélique, Alternative Multi-National Kpop

 

Balming Tiger est un collectif d’artistes tirant son nom du célèbre Tiger Balm, onguent de la pharmacopée chinoise aussi connu en français sous le nom de Baume du Tigre. L’autoproclamé groupe de Kpop multinational alternatif s’efforce de dessiner un portrait de cette génération qui fait ses premiers pas dans la société tout en contribuant à la diffusion de la culture asiatique.

Le collectif compte actuellement les artistes Sogumm et Omega Sapien, les producteurs musicaux San Yawn, Unsinkable et DJ Abyss ainsi que le producteur vidéo Jan’qui.

Présentation individuelle des membres après leur Discographie/SoundCloud

Balming Tiger, un collectif mu par la spontanéité

A ses début, Balming Tiger était composé de San Yawn, No Identity, Abyss, Byung Un, Jan’qui et euni.

Un peu comme le 88Rising par exemple, Balming Tiger se veut autant être un crew, un label, qu’une chaine de promotion d’artistes avec toujours pour volonté de fond de crée un terreau favorisant l’effervescence musicale.

Plus généralement, les membres fondateurs se fréquentaient déjà préalablement. Les producteurs San Yawn, No Identity et Abyss s’étaient déjà retrouvés à mixer ensemble par le passé notamment pour un live sur la plateforme Seoul Community Radio en 2017. Dans cette lignée, d’après leurs réseaux respectifs il semble même que San Yawn et No Identity se connaissent depuis au moins 2015 par exemple.

Pareil pour Byung Un, San Yawn et lui se seraient vraisemblablement rencontrés courant 2017.

En créant Balming Tiger les membres avaient donc déjà un certain lien. Ainsi, le but était certes de composer mais aussi en quelque sorte de profiter du moment, d’échanger.

Quand on s’intéresse à leur processus créatif, on se rend compte que la spontanéité y occupe une place non négligeable.

Comme beaucoup de collectifs indépendants, les membres ne disposaient pas forcément de grands moyens et il leur a donc fallut redoubler d’imagination. Au regard de leur documentaire réalisé par la chaine Dingo freestyle, la mixtape ‘Balming Tiger vol.1 : 虎媄304’ aurait par exemple été produite en appartement, loin du confort des studios.

Mais l’avantage d’être indépendant c’est évidemment d’avoir carte blanche sur la direction artistique.

 

Un Collectif qui ne s’impose pas de limites

« Smells Like Balming Tiger », c’est encore ce tag que l’on entend dans une grande partie de leurs productions qui pourrait décrire le mieux l’univers de ces artistes.

Ceux qui en ont déjà senti le sauront, le baume du tigre à ce genre d’odeur qui fait littéralement l’effet d’une claque, et bien Balming Tiger c’est un peu beaucoup la même chose. Que ce soit leurs morceaux ou les productions visuelles qui les accompagnent, c’est littéralement impossible de rester indifférent.

Encore une fois, ceci peut s’expliquer par la spontanéité qui guide leur processus créatif, leur spontanéité mais également la diversité des membres.

Comme l’expliquait San Yawn dans une interview pour VISLA, Balming Tiger reste très libre pour ce qui est du recrutement des membres et du niveau d’implications de ces derniers. Ce qui importe vraiment c’est plutôt que tous aient une couleur artistique propre, cette même folie créative.

Et de fait, les membres ont tous des parcours et des influences différentes mais ils vont aussi plus ou moins apporter leur touche en fonction des projets.

Résultat, un collectif à l’identité unique mais surtout en perpétuelle évolution. L’approche de Balming Tiger est finalement très polyvalente tant dans le son que les thématiques traitées.

 

‘Balming Tiger vol.1 : 虎媄304’, une mixtape inqualifiable

‘Balming Tiger vol.1 : 虎媄304’ sorti le 24 janvier 2018 en est l’exemple parfait tant ce projet porte une grande diversité d’influences.

No Identity qui a vraisemblablement maintenant rejoint le collectif you.will.knovv fondé par DEAN en a produit l’ensemble, mais il a également contribué à l’écriture des paroles. Sur les paroles on retrouve également Byung Un, Kim Ximya et SUKKARY sur les morceaux où ils sont présents mais également San Yawn ou Han.

La Mixtape s’ouvre sur la chanson titre CHEF LEE marquée par la rythmique profonde ainsi que le ton grave de Byung Un. A la fois doux et intense, l’atmosphère de ce morceau est véritablement captivante et on peut dire qu’il en est de même pour le MV qui l’accompagne.

Sorti le 13 février 2018 le contraste entre les paroles et le visuel est plutôt saisissant.

Surréaliste et quelque peu macabre, tel du bétail, on voit Byung Un se faire littéralement préparer et cuisiner avec pour final une scène qui laisserait penser que ce n’est autre que San Yawn qui se régalerait de ce mets.

Or, à l’inverse au niveau des paroles on serait plus sur de l’egotrip classique, un personnage qui justement se vante d’être un chef.

Aussi, on pourrait par exemple interpréter ce décalage entre les paroles et le visuel comme une sorte de satire de l’egotrip, celui qui se sent supérieur finit métaphoriquement par être mangé.

Là où CHEF LEE est très marqué sur les basses, SONG FOR ABYSS est beaucoup plus jazzy globalement rythmé par un combo cymbale charleston/caisse claire contribuant ainsi à créer une atmosphère plus légère mais également très vive notamment grâce aux samples un peu 8Bit/Retro Gaming. Et oui, c’est bien une succession des mêmes paroles en japonais que l’on peut entendre.

UNDERSTAND dans un autre genre est beaucoup plus entêtante et ce essentiellement car on est sur un morceau en ternaire, c’est-à-dire avec des mesures à trois temps tandis qu’on est plutôt habitué.e à des morceaux à quatre temps. Ce côté entêtant de la rythmique est cette fois en accord avec les paroles puisqu’elles semblent faire référence à un personnage en proie à la confusion. Mais il est aussi en phase avec le MV qui est lui sorti le 29 mai 2018. Outre de la confusion, l’atmosphère de la chanson peut aussi être un moyen de décrire un état de routine, un personnage qui voit les jours passer et se ressembler.

Et finalement le reste de la mixtape est dans ce même esprit de diversité, mais il n’y a pas non plus une non cohérence entre les morceaux, bien au contraire, mais plutôt un travail des atmosphères qui sont à chaque fois plus différentes les unes des autres.

SONG FOR SANYAWN et CUT sont par exemple toutes les deux très expérimentales mais pas de la même façon. Là où le morceau dédié à San Yawn est très vif un peu électro dans ses sonorités ; CUT est beaucoup plus langoureuse et à la fois Kim Ximya y apporte un côté incisif avec son flow donnant lieu à un mélange très intéressant.

Enfin, sur ONCEAGAIN on est plutôt sur un HipHop un peu Old School, du Boom Bap presque, avec une dimension un peu Jazz.

Un remix d’ONCEAGAIN avec cette fois Woo Wonjae, Nucksal et Verbal Jint pour accompagner Byung Un est d’ailleurs sorti le 30 juillet 2018.

Petit bonus. C’est également avec cette mixtape que le collectif a introduit son concept de comics. Il était important pour eux de travailler sur l’identité visuelle du groupe, de créer leur propre univers et c’est pour cette raison qu’ils ont décidé de partir sur une telle couverture d’album et la pochette d’ONCEAGAIN.  

 

Toujours plus de nouvelles directions

Néanmoins le collectif ne s’en est pas arrêté là.

Le 26  juin 2018 on retrouve Byung Un et Balming Tiger sur la chaîne Dingo Freestyle pour le MV de I’m Sick avec encore une fois No Identity à la production musicale.

Byung Un a une nouvelle fois donné de sa personne avec une scénarisation dans un huit clos aux allures de Burn Out induit par une obsession à la recherche de notoriété sur les réseaux sociaux. On voit en effet un personnage dont l’état mental se dégrade de jour en jour tandis qu’il passe ses journées à scruter les réseaux, essayant de créer du contenu Buzz sur Vlive un équivalent coréen à Youtube pour finalement se jeter dans le vide, à l’extérieur du cadre. Les plans sont d’autant plus intéressants que l’on est toujours en point de vue à la 3ème personne, le scrutant dans cette pièce qui est finalement devenue une vraie prison, mais également au travers de sa webcam.

L’instrumentale vive dans son ensemble mêle des samples d’EDM à des passages plus sautillants retranscrivant bien l’état de transe du personnage.

Et bien évidemment, les paroles rendent bien compte de cette critique de la course aux likes qui fait rage sur les réseaux, l’orchestration du quotidien qui en résulte.

On pourrait honnêtement citer la chanson dans son ensemble mais l’un des passages les plus marquant en ce sens est peut-être le

« Retouch my tear with photoshop

and Wipe It with the Tissue

Filter me with MSG

I so ugly delicious

All I do is give you bars

Like Google Analytics. »

 

Je retouche mes larmes avec Photoshop

et les essuie avec un mouchoir 

J’applique un filtre avec MSG

Je suis si affreusement délicieux

Tout ce que je fais c’est te donner des barres

Comme Google Analytics

 

Et on retrouve toujours et encore ce côté un peu décalé, caustique même, notamment sur la fin avec le :

« Swipe It swipe it cutie pie

Don’t go don’t spike it

Swipe it swipe it swipe it

Wait before you like it call me

Swipe it swipe it sweetie pie

Don’t go don’t spike it. »

Quelques mois plus tard, le 2 octobre plus exactement le rappeur Omega Sapien fait son entrée officielle dans le collectif avec le MV de Rich & Clear produit par Riki Kaneda à qui l’on doit également l’instrumentale de la collaboration d’Omega Sapien avec le youtuber Big Marvel sur le morceau Chickenman. Le réalisateur vidéo de Chickenman est d’ailleurs le même que celui du MV de Let’s Go Beam, le morceau qui a permis à Omega Sapien de gagner une certaine visibilité et notamment de rejoindre le collectif mais aussi de faire un featuring avec Colde sur le morceau Yayaya de l’album Wave lui aussi sorti en Octobre, le 13.

L’arrivée d’Omega Sapien a apporté une nouvelle couleur au collectif, une sorte de fraîcheur, de dynamisme peut être.

Dès la fin du mois d’Octobre on retrouve Byung Un et Omega Sapien ainsi que le reste du collectif sur le morceau promotionnel ICY pour Vans sur la chaîne de GQ Korea. C’est d’ailleurs sur cette collaboration que l’on va entendre Sogumm pour la première fois dans une production du collectif ! On peut reconnaître sa voix en fond.

Enfin, le collectif a ouvert l’année avec le très addictif Armadillo. Si le morceau est relativement indescriptible le fait est que le résultat est là. Pour ce qui est du MV, et bien… On peut peut-être voir dans le fait que ce soit Omega Sapien qui conduise la voiture en guise d’introduction du clip comme une sorte de passation de Byung Un au jeune rappeur ?

C’est en effet avec ce morceau que Byung Un a mis un terme à son appartenance au collectif. Dans une note sur Instagram le collectif a en effet expliqué que Byung Un avait décidé de quitter Balming Tiger pour rejoindre un label plus en accord avec son univers. Et de fait, c’est maintenant sous le nom de Sukhoon que l’artiste produit avec le sous-label Highline Entertainment de l’agence Starship. Ce départ peut peut-être s’expliquer par le fait que Byung Un n’était pas forcément dans le HipHop en premier lieu. Sur sa chaîne Youtube Sukhoon Chang, dès 2015 il avait commencé à se faire connaître pour ses covers à la guitare.

C’est San Yawn qui en entendant ses covers et notamment celui de These Walls de Kendrick Lamar a vu un potentiel HipHop chez Sukhoon Chang, mais aussi dans son personnage, sa singularité.

Outre cela on peut aussi noter que le collectif a également publié sur Youtube un morceau du rappeur MURA$AKI.

 

Balming Tiger, où l’importance d’internet comme média

Finalement, lorsque l’on prend du recul sur le parcours du collectif et leur démarche artistique, on se rend compte que Balming Tiger est indissociable d’Internet.  

Aujourd’hui tous les artistes utilisent Internet comme une plateforme privilégiée de diffusion. Mais disons qu’en tant que collectif indépendant, et au vu de leur effusion créative, c’est particulièrement vrai pour Balming Tiger.

Un tel collectif n’aurait pas forcément pu voir le jour avant la diffusion à grande échelle d’Internet. Le développement de plateformes telles que Youtube ou SoundCloud a permis à de nombreux artistes de gagner en visibilité hors du circuit classiques des agences et maisons de disques. Et de fait Internet a aussi contribué par certains aspects à un nouvel élan de créativité.

Et de fait dans les productions de Balming Tiger, leur côté décalé et leur singularité on retrouve également une certaine influence de la culture Internet. Le collectif en joue d’autant plus que cela lui a permis de gagner l’attention de média web tels que VISLA, dingo freestyle ou encore GQ Korea mais aussi de participer à la BOILER ROOM Seoul Crews Unleashed en mars 2018.

Néanmoins dès ses débuts le collectif avait déjà certaines connexions dans le milieu notamment grâce à San Yawn, No Identity et Abyss qui avaient mixé avec pas mal d’artistes. Entre autres sur Instagram on retrouve des photos de San Yawn et No Identity avec Millic datant de 2015, d’autres avec Code Kunst en 2017. Dans la même lignée Byung Un et San Yawn ont aussi fait une apparition dans le MV flex des membres du label Indigo Music. Plus généralement, depuis octobre 2018, le collectif s’est mis à régulièrement organiser des soirées au SOAP, les « JOYFUL DELIVERY » accueillant des artistes tels que The Quiett, le duo de Beatmaker Groovy Room, Ugly Duck ou encore Giriboy, Paloalto, sokodomo et Woo Wonjae.

Ils ont aussi animé pas mal d’évènements pour la marque de Streetwear MSCHF.

Le collectif n’est donc pas non plus parti de rien, mais sans Internet ils n’auraient pas forcément pu concrétiser des projets si singuliers.

Reste maintenant plus qu’à voir ce que nous réserve le collectif à l’avenir !

Presse

VISLA

Youtube 

Dingo freestyle

Discographie

SoundCloud

Les Membres

San Yawn

San Yawn

Producteur / Directeur Artistique

Originaire de Busan, San Yawn aka San Kang est l’un des fondateurs de Balming Tiger et notamment l’un des visages du collectif. Il est vraisemblablement en charge de la direction artistique du collectif et de tout ce qui attrait à sa communication. En tant que producteur San Yawn avait déjà une certaine notoriété sur la scène nocturne coréenne. A l’image du collectif les sets que l’on peut écouter sur SoundCloud laissent penser que c’est un artiste polyvalent. On retrouve autant des influences de musiques du monde, que des sonorités chill/chillhop ou au contraire plus funk voire EDM/Techno. Mais aussi et surtout une certaine dimension expérimentale et parfois quelque peu rétro.

DJ Abyss

DJ Abyss

Productrice Musicale / Stratégie Marketing et Promotion

DJ Abyss aka Yi Miseon fait également partie des fondateurs du collectif et contribuerai également à la promotion/stratégie marketing de Balming Tiger. Elle aurait joué un rôle fondamental dans le développement du collectif. L’une des principales richesses du collectif réside dans la diversité des influences et visions de ses membres, néanmoins une certaine ligne directrice reste nécessaire et DJ Abyss aurait joué ce rôle de recentrage, de pilier ! Elle a vraisemblablement su donner une cohérence au crew. Avant de rejoindre Balming Tiger elle faisait partie du crew Billie Birkin. A l’image de San Yawn, DJ Abyss est également une habituée des boites de nuit et notamment du SOAP célèbre établissement des nuits séoulites mixant aux côtés de DJ tels que MURA MASA ou encore STARRO du collectif Soulection par exemple. Elle fait entre autres une apparition dans le MV de 못 UNDERSTAND.

Jan'qui

Jan'qui

Réalisateur Vidéo

Egalement un des membres initiateurs du collectif, Jan’qui est vraisemblablement derrière les MV de CHEF LEE et 못 UNDERSTAND. S’il œuvre désormais dans l’image, il semblerait qu’il se destinait initialement à la musique. Dans l’interview pour VISLA, San Yawn explique en effet que Jan’qui se serait mis à l’image car personne ne maitrisait ce domaine dans le crew dont il faisait partie à l’époque. C'est d'ailleurs Jan'qui qui a réalisé le MV d'It G Ma de Keith Ape ou encore 999 la collab de Kid Ash et G2. Il serait actuellement en train de faire son service militaire.

Sogumm

Sogumm

Chanteuse

Sogumm aurait vraisemblablement vécu en Chine alors qu’elle était à l’école primaire. C’est dès ce jeune âge qu’elle s’est découverte une véritable passion pour la musique. En parallèle de la plateforme SoundCloud sur laquelle elle est depuis fin 2015, Sogumm aurait vraisemblablement longtemps produit des OST pour une agence. Néanmoins cette activité ne correspondait pas avec sa vision de la musique. Pour elle la musique est quelque chose qui doit venir de l’âme, ce qui importe n’est pas tant la technique mais plutôt l’émotion. Le plus important pour elle c’est de parvenir à transmettre des émotions. Longtemps en recherche, elle aurait rencontré San Yawn par des connaissances et il l’aurait aidé dans cette démarche. Ce serait donc ainsi qu’elle aurait choisi de rejoindre le collectif. A côté de cela, Sogumm a collaboré avec beaucoup d’artistes. Par deux fois avec dress, mais également avec Dj Wegun, Punchnello, Bang Yongguk ou Jeebanoff par exemple.

Unsinkable

Unsinkable

Producteur musicale

Originaire de GwangJu, Unsinkable est un beatmaker également membre du crew OSIXTWO dont font/ont notamment fait partie Ugly Duck, unusual/eunseongjoe, Vacuum PRESS, EGLAF, NOSDAWN, TWELVEY et JELLVAKO. C’est après avoir participé en tant que guest à la release party de la Mixtape ’Balming Tiger vol.1 : 虎媄304’ à la boite THE HENZ CLUB en février 2018 qu’Unsinkable serait rentré en contact avec les membres de Balming Tiger. Il aurait finalement rejoint le collectif en Avril 2018.

Omega Sapien

Omega Sapien

Rappeur

C’est officiellement en Octobre 2018 qu’Omega Sapien a fait son apparition dans le collectif avec son morceau Rich & Clear néanmoins on le voit apparaître sur l’Instagram de Balming Tiger dès août de cette même année. Omega Sapien s’est d’abord fait connaître sur SoundCloud notamment grâce à son morceau Let’s Go Beam qui lui a permis de collaborer avec Colde du duo OFFONOFF sur le morceau Yayaya de son album Wave sorti en Octobre 2018. C’est aussi par ce morceau qu’il s’est fait connaître par le collectif. Omega Sapien serait en effet tombé sur le collectif par le biais d’une recommandation Youtube et a été impressionné par leur travail. Il aurait alors directement contacté San Yawn et lui aurait fait passer Let’s Go Beam. Ils se sont par la suite rencontré. Omega Sapien étudie actuellement l’économie à la Keio University de Tokyo et il a également vécu dans le New Jersey. Aux Etats Unis il fréquente beaucoup les karaokés avec ses amis et selon lui cela lui aurait permis de déjà avoir une certaine assurance sur scène. Avant de rejoindre le collectif il avait aussi déjà un peu performé à Times Square ou dans des petits clubs de Tokyo. Pour ce qui est de son nom de scène, Omega Sapien s’est longtemps fait appelé Ape. Il est passé à Omega Sapien suite au succès du morceau It G Ma de Keith Ape étant donné que certaines personnes pensaient qu’Ape était une référence à l’autre rappeur coréen. Omega Sapien n’est autre qu’une sorte de métaphore, Ape vient de l’anglais et se traduit par singe en Français. Avec le nom Omega Sapien il a donc voulu retranscrire une l'idée d'une évolution, l’évolution du singe à l’Homo Sapiens, d’Ape à Omega Sapien. Omega Sapien serait aussi une référence à l’univers de l’anime Digimon Adventure.

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu