DPR LIVE

DPR LIVE

  • Nom : Hong Da Bin 
  • Nom alternatif : LIVE
  • Date de naissance : 01/01/1993 
  • Statut : en activité
  • Début : 2015
  • Genre : Hip-Hop, Rap, R&B
  • Label / Collectif : Dream Perfect Regime (DPR) (2015 -)

Réseaux sociaux de l’artiste

Notre sélection

DPR LIVE, de son vrai nom Hong Da Bin est un rappeur sud-coréen membre du collectif Dream Perfect Regime. Il débute en 2015 avec le morceau TILL I DIE et depuis, l’artiste enchaîne les succès, son talent et celui du collectif étant même reconnu par des artistes comme Dumbfoundead, Jessi et bien d’autre. En l’espace de 3 ans DPR LIVE s’est affirmé comme l’un des artistes majeurs de la scène urbaine coréenne.

Hong Da Bin est né le 1er janvier 1993, vraisemblablement à Pocheon en Corée du Sud. A l’âge de 5 ans sa famille déménage sur l’île de Guam située dans la mer des Philippines à la lisière de l’océan pacifique où il a grandi jusqu’au 10th grade (soit l’équivalent de la seconde en France selon une interview pour Billboard en mars 2018. Il aurait également vécu sur l’île de Saipan de l’archipel des Iles Mariannes du Nord au nord de Guam. Ces deux îles ont le statut de territoire non-incorporé des Etats-Unis c’est-à-dire qu’elles disposent d’un gouverneur élu et d’un parlement et de fait c’est l’anglais qui est enseigné. Néanmoins ses parents parlant uniquement coréen, il apprend également la langue du pays du matin calme. Ainsi, il parle couramment anglais et coréen.

Adolescent, Hong DaBin n’est pas des plus passionné par l’école. Il déteste les maths, la grammaire et n’apprécie pas particulièrement la littérature. Néanmoins il aime les sciences comme la biologie, mais également des matières comme l’histoire.

Plus globalement, il se questionne beaucoup sur la vie, sur lui-même, il a une forte conscience de lui-même et est alors naturellement attiré par la psychologie, la philosophie qu’il envisage même d’étudier à l’université, mais aussi par tout ce qui attrait à la communication et au développement personnel.

L’année qui suit son retour en Corée du sud, il fait son service militaire. Il est relativement jeune et pendant deux ans sa vie va être rythmée par les ordres de ses supérieurs. Deux ans de routine où il doit faire ce qu’on lui demande, où on lui impose quand manger, quand dormir etc.

Néanmoins, sans cette expérience Hong DaBin ne se ferait peut-être pas aujourd’hui appelé DPR LIVE.

En effet, il confie tout d’abord que l’armée a été l’occasion pour lui d’apprendre à être patient, à mieux se concentrer. Mais également à faire un point sur ce vers quoi il aspirait réellement. S’il a toujours aimé la musique et qu’après avoir pu écouter sa voix en enregistrement il a conscience qu’il pourrait avoir le potentiel de s’y adonner professionnellement ; son avenir semble toutefois se tourner vers l’enseignement. D’autant plus car c’est aussi une des volontés de sa mère, et qu’il reste un amateur de musique avant tout. Il ne s’y projette pas sérieusement.

Aussi face à cette vie de contraintes et au temps libre qu’il peut avoir pendant son service, Hong DaBin va véritablement se mettre à écrire. Peu à peu ses pensées vont se muer en paroles de chansons et ce qui n’était d’abord qu’un attrait incertain va devenir une véritable passion, une conviction.

Son service militaire terminé, c’est donc avec une nouvelle ferveur que DaBin va décider de se consacrer exclusivement à la musique.

« Being in the army and being very limited, and being told what to do every second of your life, that really changed my perspective. So when I first came out of the army I was like, “I’m going to kill it, I’m going to kill everybody”. I had everything aligned, my goals, my purpose. I knew what I wanted to do, which was to make absolute quality music whatever the story is.”

Trad : « Le fait d’être dans l’armée, d’être si restreint, de se voir être dicté quoi faire chaque seconde de ta vie a vraiment changé mon regard sur les choses. Quand mon service a enfin pris fin, j’étais dans une optique du genre « Je vais tout défoncer, je vais tous les surpasser ». Tout était clair, mes buts, ma raison d’être. Je savais ce que je voulais faire, produire de la musique de qualité quoi qu’il advienne. » 

DPR LIVE en entretien avec Billboard, mars 2018

 

Dream Perfect Regime, une famille unie par la passion

C’est ici que le collectif Dream Perfect Regime (DPR) entre en jeu.

Dream Perfect Regime c’est un peu l’exemple idéal si l’on voulait donner une illustration concrète du destin. Sept individus ayant grandi aux quatre coins du monde, et qui, par la force des choses se sont rencontrés à Séoul, motivés par les mêmes objectifs.

LIVE et DPR IAN (ou Christian Yu de son vrai nom Yu Barom), qui n’est autre que le directeur visuel du collectif, se sont donc connus à Séoul quelques années avant la création du collectif. Ils sont vraisemblablement amis depuis au moins 2013 voire 2011 si l’on en croit les vidéos de Breakdance que l’on peut trouver sur Youtube. Il y a en effet un certain nombre de vidéos de danse de Christian Yu sur la plate-forme et DaBin est présent sur certaines d’entre-elles. Le rappeur se serait donc effectivement un peu adonné à la danse.

Quelques années plus tard c’est DPR REM (de son vrai nom Scott Kim) qui rejoint le duo après avoir rencontré Christian Yu et deviendra par la suite le directeur créatif / producteur exécutif du crew.

A partir de ce moment-là, les autres membres se sont joints graduellement, l’un des derniers membres à avoir intégré le collectif étant DPR CREAM qu’ils auraient rencontré après la sortie de TILL I DIE, soit courant 2015.

(N.d : Si vous voulez en savoir un peu plus sur le collectif et ses membres nous vous invitons à lire l’article qui leur est consacré.)

Cependant, pour comprendre l’étendue de la réussite de DPR LIVE il faut savoir que le collectif n’est parti de rien. Entre autres, pendant deux ans, DPR REM et DPR IAN ont travaillé dans la production visuelle pour d’autres artistes afin de pouvoir porter à bien les propres projets de Dream Perfect Regime.

“We started with zero capital. No investor, no fancy equipment, no nothing. That’s why we had to start as a visual team […] For a good two years, DPR REM and DPR IAN busted their asses shooting for other artists in order to help fund any and all of our projects during that time.”

Trad : « Nous avons débuté sans aucun capital. Pas d’investisseurs, pas d’équipement sophistiqué, rien. C’est pour cette raison que nous avons dû commencer en tant qu’équipe de production visuelle […] Pendant bien deux ans, DPR REM et DPR IAN se sont démenés à tourner pour d’autres artistes afin de réunir le budget nécessaire au tournage de l’ensemble de nos projets de l’époque. »

DPR LIVE pour Billboard, Janvier 2018

Partis de rien au niveau matériel, mais également technique.

“The second biggest challenge, I guess, was the fact that we were completely clueless. [Laughs.] I didn’t even know what it meant to « mix songs, » or how to get distribution for my music. It was all trial and error, because none of us had any prior experience. We had no money or any real knowledge as to how this [music industry] really works― all we had was just a whole lot of untamed passion and a dream.”

Trad : « Le second plus grand challenge était je pense que nous étions complètement novices. [Rires.] Je ne savais même pas ce que cela signifiait que de « mixer des chansons, » ou comment est-ce que je pouvais faire diffuser ma musique. Ce n’était qu’une succession d’essais et d’erreurs, car aucun de nous n’avaient eu d’expérience préalable. Nous n’avions ni d’argent, ni une véritable connaissance de comment cela [l’industrie de la musique] fonctionnait véritablement – tout ce que nous avions c’était de la passion pure en quantité et un rêve ».

DPR LIVE pour Billboard, Janvier 2018

 

Galvanisé par cette effusion commune de passion DPR LIVE va sortir son premier titre, TILL I DIE d’abord sur SoundCloud le 27 juillet 2015, et le 22 août de la même année pour le M/V avec bien évidemment le collectif à la production visuelle.

Cette chanson a une signification toute particulière pour le rappeur en tant que c’est avec celle-ci qu’il a réalisé l’ampleur de sa passion pour la musique. Comme il l’explique en interview, avant TILL I DIE, il ne prenait pas forcément la musique au sérieux. Ce morceau a été l’occasion pour lui de réaliser qu’il voulait véritablement et durablement se lancer dans la musique. Plus qu’une simple œuvre, TILL I DIE est une déclaration, une déclaration envers ses fans, envers lui-même que son avenir n’était nulle part ailleurs que dans le rap.

“God Bless you, mo’fuckers hate on me? I believe this shit really, truly meant for me; Imma rap till I die mofucka all on me. “

Trad (plus qu’approximative sorry ^^’) : « Que Dieu te bénisse toi l’enfoiré qui me descend/critique? Je crois que cette chose signifie/compte véritablement, vraiment pour moi; Je rapperai jusqu’à ma mort [peut importe?] tous ces enfoirés qui sont sur mon dos »

DPR LIVE dans TILL I DIE

 

Les mois passent et c’est sur l’EP P.O.E.M d’Owen Ovadoz sortie le 15 janvier 2016 que l’on retrouve DPR LIVE en featuring aux côté d’ELO sur le morceau 긍정 (Positive)

Néanmoins, c’est avec le EUNG FREESTYLE que la carrière de DPR LIVE va véritablement prendre une autre tournure. Le EUNG FREESTYLE, ce n’est rien d’autre qu’un projet initié par DPR. Le collectif avait en effet dans l’idée de donner plus de visibilité à la scène rap coréenne, montrer l’étendue du talent des rappeurs coréens en dehors des frontières du pays. On peut dire ce que l’on veut, mais il est vrai qu’en 2015 le KHipHop n’avait pas autant de portée qu’aujourd’hui, ce qui renforce d’autant plus l’admiration envers DPR que l’on peut donc avoir. Le pari était loin d’être simple. Mais qu’elle est donc la recette de ce désormais classique du Khiphop ? Pour ceux qui ne le savent pas encore, on pourrait dire que le EUNG FREESTYLE est une sorte d’adaptation du mmm Freestyle par le crew Hott Headzz. Les producteurs Groovy Room ont retravaillé l’instrumentale originale et c’est donc SIK-K, PUNCHNELLO, Owen Ovadoz, Flowsik et bien évidemment DPR LIVE qui se sont adonnés à cet exercice. Pour le visuel, une fois encore c’est l’équipe de DPR qui s’en est chargée.

Fort de ce succès, DPR LIVE va une nouvelle fois collaborer avec PUNCHNELLO sur le morceau GOD BLESS à la vibe tant rétro qu’acidulée dont le M/V sort le 1er Juin 2016. C’est à Paloalto que l’on doit cette instrumentale.

Le même mois sort également le morceau Dream Perfect sur SoundCloud, plus exactement le 22 juin avec une production un peu planante qui dégage une forte énergie élaborée par la Team One Sound qui est notamment connue pour avoir déjà travailler avec des groupes comme Super Junior, B.A.P et bien d’autres.

Quelques jours plus tard, le 28 juin, on retrouve DPR LIVE sur le M/V de THIRST avec cette fois LAYBACK SOUNDS à la prod qui n’est autre que le groupe dont vient DPR CREAM.

De TILL I DIE à THIRST, s’il y a une chose récurrente dans les morceaux LIVE, c’est bien l’expression de cette volonté de réussir, réussir ensemble avec son crew.

“Dream Perfect; y’all ready know, ready know; we’re imperfect; but no ; we keep it going, keep it going.”

Trad (encore très inexacte) : Rêve parfaitement/Rêve de la perfection/du parfait ; tu le sais déjà/vous le savez déjà ; mais non; on continue/ne s’en arrête pas là, continue

DPR LIVE dans Dream Perfect

 

Coming to you Live, une révélation

Néanmoins, 2016 a également été l’occasion de la préparation d’un projet d’une plus grande ampleur encore pour le collectif.

En effet, l’EP Coming to you Live sorti officiellement le 15 mars 2017 a requis environ une année de préparation. L’enjeu était d’autant plus important que cet EP était censé marqué le début officiel de DPR LIVE mais a également demandé beaucoup de travail en tant qu’il comporte beaucoup de collaborations, soit autant de visions artistiques différentes. La représentation d’un cycle des saisons à l’arrière de la pochette de l’album est d’ailleurs une métaphore de la variété de chansons et de thèmes qu’ils ont voulus pour ce projet. Comptant 7 morceaux, c’est tout autant d’artistes qui se sont joints à DPR LIVE pour cet album. Ces collaborations ayant d’ailleurs été possibles grâce aux réseaux qu’ont peu à peu développés REM et IAN au travers des projets externes du crew ; mais également du succès du EUNG FREESTYLE.  A noter également que 5 des morceaux (Cheese N Wine, Laputa, Know Me, l’Interlude et To Myself) ont été produit par DPR CREAM qui a donc officiellement rejoint le crew.

De fait, certains morceaux étaient déjà sortis au préalable.

Le premier M/V de l’album à être sorti n’est autre que Know Me, en collaboration avec Dean le 1er mars 2017. A propos de cette collaboration, on sait que LIVE admire énormément le talent artistique de Dean et qu’il a beaucoup de respect pour la démarche du Club Eskimo. De fait, il avait toujours eu envie de travailler avec Dean et lui a donc envoyé la démo de Know Me ainsi que le concept général derrière la chanson. En l’espace de quelques semaines, Dean a lui-même envoyé une proposition pour sa partie et c’est ainsi que le morceau s’est concrétisé.

Le 7 mars s’ensuit le M/V de Please en collaboration avec les rappeurs G2, Kim Hyo Eun et Dumboundead. Il faut savoir que Dumbfoundead est l’un des artistes préférés de LIVE et que globalement c’est le crew dans son ensemble qui est fan du rappeur de Ktown, LIVE confie même que lorsqu’il était plus jeune, il allait voir chaque jour en ligne s’il y avait du nouveau du côté de Dumbfoundead ; il aurait regardé chacune de ses battles et écouté tous les albums à leurs sorties. Pour en revenir à Please ; le collectif a tout simplement fait écouter une fois la maquette à Dumbfoundead et ce dernier a accepté dès le lendemain. Pour ceux qui ne le sauraient pas, dans l’introduction du M/V ce n’est autre que CLINE, le cousin de LIVE que l’on peut apercevoir !

La veille de la sortie de l’EP, le 14 mars donc, c’est deux M/V supplémentaires qui sortent.

Right Here Right Now avec Loco et Jay Park mais également Laputa, dans une ambiance très wavy avec Crush en featuring. A noter que Laputa serait une référence à l’île imaginaire du film d’animation Le Château dans le Ciel d’Hayao Miyazaki, lui-même inspiré du roman Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift paru en 1721. En somme Laputa serait donc une île légendaire qui regorge de ressources, comparable dans sa grandeur au mythe de la tour de Babel.

Enfin, le dernier M/V de l’EP n’est autre que Cheese N Wine et sa prod jazzy qui sort le mois suivant la sortie du projet soit le 1er avril 2017.

Le 28 Mars, on retrouve également LIVE sur le M/V de Somdef Ring Ring Ring en featuring avec également Verbal Jint, Paloalto et Car, the garden.

Le 25 Mai LIVE fait aussi une apparition sur l’album Bleached de Loco pour le morceau Movie Shoot, tandis que le mois suivant, soit le 5 juin, il rejoint cette fois SIK-K sur son album H.A.L.F avec le morceau éponyme Have A Little Fun.

Néanmoins, il collabore également avec des artistes moins connus du public puisqu’il rap également sur le morceau Your Way de SOULBIN IN THE AIR en featuring avec OHIORABBIT le 13 octobre sur SoundCloud.

 

Her, une affirmation

Pourtant le rappeur et le collectif ne s’arrêtent pas là puisque le 7 décembre LIVE sort un second EP, Her, cette fois beaucoup plus personnel.

En effet, avec cet EP de 5 morceaux Hong DaBin a souhaité livrer un projet plus personnel et intimiste guidé par les thématiques de l’amour et des relations. Un projet solo déjà car le collectif s’était mis d’accord sur le fait que dans un but purement créatif et expérimental cela serait une expérience enrichissante pour LIVE mais aussi car comme l’explique REM en interview pour le magazine Rolling Stone India, Dabin souhaitait donné l’expression de lui-même la plus vraie à son public.

« It was solo for being not only for his own experimental purposes, but also in that he really wanted to zone in on his artistry and portray his story, and really give the fans like, ‘Okay, this is me, really like raw, without anybody around. This is the music I want to do right now, the vibes I want to put out. »

Trad : « C’était [un album] solo non seulement pour sa propre expérimentation personnelle; mais aussi car il voulait vraiment se concentrer sur son talent artistique, dépeindre son histoire et transmettre à ses fans une impression de « Okay, c’est moi, moi à l’état pur, sans personne autour. C’est la musique que je veux faire là de suite, les vibes que je veux partager »

DPR REM pour Rolling Stone India, octobre 2018

 

Aussi, Her est basé sur les expériences amoureuses de LIVE, mais c’est aussi un miroir du rapport à l’amour, aux relations que la génération de l’artiste a.

« Before, back then, our parents used to have letters and shit, dating. Nowadays it’s just [social media], you meet at the club… But I wanted to really bring romance to that. Because that’s like us right now. That’s how we get down, right? So I wanted to make it relatable to both genders and I think it came out the way I wanted it to »

Trad : « Avant, à l’époque, nos parents avaient pour habitude de s’envoyer des lettres et ce genre de choses, ils sortaient ensembles. Aujourd’hui c’est plus que [les réseaux sociaux], on se rencontre en boite… Mais je voulais vraiment apporter de la romance à cela. Parce que c’est notre réalité. C’est comme ça que ça se passe pour nous, non ? Donc je voulais que l’on puisse si identifier quel que soit le genre et je crois que le résultat est plutôt comme je le souhaitais »

DPR LIVE pour Billboard, Mars 2018

Là encore, le M/V de Jasmine sort deux mois avant la sortie de l’EP soit le 8 octobre. Du travail de l’image par le crew à l’instrumentale du producteur Code Kunst, si l’on devait décrire l’ambiance de ce morceau en un mot ce serait sûrement celui de tendresse. Tendresse et douceur.

Le M/V de Martini Blue sort le jour de la sortie d’Her, donc le 7 décembre, sa production addictive est cette fois l’œuvre de DPR CREAM, et comme toujours le visuel est tout autant époustouflant.

Enfin, il faut attendre le 12 décembre pour le M/V de Text Me, qui a l’image de la chanson est haut en couleurs.

Ce travail acharné permet à l’EP de se classer N°8 au Billboard’s World Album Chart ; mais plus globalement, l’enchaînement de ces succès a aussi permis à l’équipe d’avoir son propre studio de production. C’est d’autant plus significatif que, comme l’explique parfois LIVE en interview, à leur début DPR n’avaient pas de lieu attitré où se rencontrer. Pour travailler ils se retrouvaient donc autant dans des cafés que dans des salles de karaoké (N.d : Pour ceux/celles qui ne serait pas familier avec la culture coréenne, il faut préciser que les karaokés en Corée du sud consistent en des salles privées que l’on peut réserver en groupe, ce n’est pas un lieu collectif comme cela peut couramment être le cas en occident ; mais c’est également un lieu où l’on se retrouve fréquemment).

Aussi, on peut clairement dire que 2017 a constitué un véritable accomplissement pour le collectif.

 

2018, une année rythmée par une tournée mondiale

C’est par une collaboration que DPR LIVE ouvre 2018, sur le morceau ‘HOLIDAY de l’artiste SUZY sorti le 29 janvier.

S’ensuit le 13 mars Action! en featuring avec Gray. Le morceau devait d’ailleurs être compris dans l’EP Her, néanmoins il ne se conformait pas au concept de l’album, l’accent ici était plus sur le fait d’offrir un morceau léger et très visuel, ce qui se ressent dans l’ambiance que dégage effectivement la chanson, très hétérogène dans sa construction.

Enfin, le 12 juin sort le M/V de Playlist tout à fait en accord avec la saison puisque tout dans ce morceau rappelle la chaleur de l’été. Comme ils l’ont eux-mêmes expliqué en interview, Playlist se détache de leurs précédents projets et n’était pas sans prise de risque notamment du fait de la structure du morceau qui pourrait se découper en trois ambiances différentes et qui pourtant garde une cohérence dans son ensemble. Dans le M/V on peut par ailleurs voir CREAM et CLINE ; et petit secret de production, la scène du mur a en réalité été réalisée au sol, ce qui aurait vraisemblablement été quelque peu douloureux pour LIVE, comme quoi le dévouement de cet artiste ne connaît pas de limite !!

Le 16 mars il participe aussi au très connu SXSW festival dans la ville d’Austin, département du Texas, sur la scène « Korea Spotlight » aux côtés d’artistes tels que Crush ou Lee Hi.

Toutefois, si 2018 se démarque pour le collectif et le rappeur, c’est aussi et surtout pour le 2018 CTYL TOUR annoncé en juillet avec plus de 20 dates couvrant l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie Pacifique. (N.d’Eli : Si cela vous intéresse un article rendant compte de ma propre expérience est également disponible ici). Le 2018 CTYL TOUR, c’était, si l’on en croit les propos qu’ont pu donner REM et LIVE dans plusieurs interviews, l’occasion pour le crew d’enfin rencontrer leurs fans, de les remercier en leur offrant une prestation sincère et inoubliable, mémorable ; un concert placé sous le signe d’une réunion de famille.

« I don’t want our tour to just be your typical ‘show’ or ‘performance.’ I want fans to gear up for an actual party- a family reunion. Anybody that supports DPR knows up front that our culture goes hand in hand with family ».

Trad : « Je ne veux pas que notre tournée ne soit juste qu’un « show », une « performance » banal. Je veux que nos fans se préparent pour une vraie fête, une réunion de famille. N’importe qui qui soutient DPR pourra dire que notre culture va de pair avec la famille »

LIVE pour Rolling Stone India, Octobre 2018

 

Un artiste qui vit sa musique

Mauvais jeu de mot mis à part, il y a bien une raison qui a poussé Hong DaBin à choisir LIVE pour nom de scène. Ou du moins deux. LIVE tout d’abord afin de constamment se rappeler de toujours vivre pleinement, que ce soit dans le succès comme l’échec, les hauts et les bas ; mais aussi de toujours rester fidèle à lui-même. En interview, LIVE explique qu’il s’efforce de faire une musique qui le reflète véritablement, en accord avec ce qu’il est et ce qu’il ressent.

Ce sentiment, on le retrouve beaucoup chez l’artiste.

Déjà, dans ses influences. Globalement, les artistes qui l’inspirent le plus sont ceux qui sont parvenus à se distinguer par leur identité musicale que l’on reconnaît instantanément à l’écoute.

« I really get inspired by artists that have created their own sound and color, almost to the point where as soon as you turn on the song, you just know who it is instantly »

Trad : « Je suis vraiment inspiré par les artistes qui ont su créer leur son et couleurs propres, a tel point que dès l’instant où tu lances la musique, tu sais juste immédiatement de qui il s’agit ». »

DPR LIVE pour HipHopKr, Mars 2017

Aussi, il a déjà fait référence à des artistes comme Daniel Caesar, Bryson Tyler, Travis Scott, Vic Mensa, Beezino, Crush ou encore Dean et Jay Park. On constate d’ailleurs que les influences de l’artiste n’ont pas de frontières. Si jeune il écoutait beaucoup d’artistes américains, pour lui la musique coréenne a elle-même sa propre saveur, et il aspire donc à la diffuser plus largement.

Tout comme dans son rapport à la collaboration. Pour lui il est essentiel de pouvoir rencontrer la personne avec qui il va travailler, car c’est ainsi que l’on comprend qui elle est, ce qu’elle dégage, que l’on peut véritablement saisir leur univers musical. Pour LIVE, c’est en faisant connaissance avec la personne que l’on peut comprendre l’artiste. Et de fait, à partir de là, c’est tout naturellement que vient la musique.

Mais ce besoin de sincérité, est également présent dans son rapport au succès. 

Que ce soit DaBin ou le collectif, c’est avant tout la passion qui guide leur travail. Certes ils cherchent à être prospères, mais ce n’est pas leur objectif premier. Ce qui compte avant tout pour eux c’est de fournir des projets de qualité.

Et de fait, face à ce succès fulgurant, LIVE garde la tête froide. Car pour lui, le fait d’accorder trop d’importance aux chiffres mène à l’improductivité, altère la création.

« I try my best not to focus on stuff like that. The more you start thinking about certain stats and whatnot, I just believe it tends to really limit and almost negatively impact your career. »

Trad : « Je fais mon possible pour ne pas me concentrer sur des choses comme ça. Plus tu commences à accorder de l’importance à certaines stat et autres, je pense que cela tend juste à te limiter et presque impacter négativement ta carrière » 

DPR LIVE pour Rolling Stone India, Octobre 2018

Le plus important pour lui est de satisfaire ses fans, de rester humble et reconnaissant face au succès.

« I’d rather just make sure I can satisfy my fans – because they are the ones that matter most. I remember when we first started an we’d get hyped off a couple thousand views. Always being thankful and grateful for where you currently are – that’s the type of mentality I’m working on these days. I just want to live in the present and deliver to the people I care about »

Trad : « Je préférerais plutôt être sûr de pouvoir satisfaire mes fans, car ce sont eux qui compte le plus. Je me rappelle quand on venait de commencer et qu’on était surexcité par seulement quelques milliers de vues. Toujours être reconnaissant d’être là où tu es aujourd’hui, c’est sur ce genre de mentalité que je travaille en ce moment. Je veux juste vivre dans le présent et offrir aux gens auxquels je tiens. » 

PR LIVE pour i-D.Vice, Septembre 2018

Ainsi, en dehors de la scène, LIVE dédie l’intégralité de son temps à sa musique, il ne quitte pas son studio tant qu’il n’a pas accompli le programme qu’il s’était fixé. Et si c’est parfois difficile de s’imposer un tel rythme, pour lui cela reste accessoire en tant qu’il veut donner le meilleur de lui-même.

Pour le futur, LIVE espère donc que le collectif DPR sera toujours motivé par cette soif de challenge, de dépassement des frontières. Qu’ensemble, ils poursuivront ce foisonnement créatif, ce travail de discussion présent sur l’ensemble du processus de production qui leur permet à chaque nouveau projet de repousser les attentes du public.

LIVE espère pouvoir créer une musique qui repousse les frontières de la langue. Une musique que l’on apprécie même lorsque l’on ne saisit pas forcément la signification des paroles. Une musique que l’auditeur vit en quelque sorte. Mais surtout, LIVE et plus généralement DPR, par leur démarche, leur travail acharné et leur succès souhaitent contribuer à un nouvel élan de créativité en Corée du Sud, à une nouvelle génération qui ne se laisserait plus freiner par des contraintes telles que le financement ; qui laisserait tout simplement libre court à toute l’ampleur de son imagination.

Presse

Billboard

https://www.billboard.com/articles/columns/pop/8094389/dpr-live-korea-rap-star-interview

https://www.billboard.com/articles/columns/k-town/8260874/dpr-live-action-crew-interview-sxsw

i-D.Vice

https://i-d.vice.com/en_us/article/7xjv5e/dpr-live-is-the-most-creative-rapper-in-south-korea

Korea Joongang Daily

http://koreajoongangdaily.joins.com/news/article/article.aspx?aid=3045156

HIPHOPKR

Rolling Stone India

Marie Claire Korea – Translated by dprdabin/tumblr

Videos

Periscope Live 062017 – Everything AOMG Channel

Instagram Live

Genie Music x HIPHOPLE Livestream

Discographie

Projets personnels

A contribué à

SoundCloud

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu